Prévention cancer de l'estomac

Sommaire

Pour prévenir l'apparition des cancers de l'estomac, il faut éliminer les facteurs de risques. En France, contrairement au Japon, il n'existe pas de dépistage systématique du cancer de l'estomac. Parmi les différents facteurs de risques, les plus faciles à maîtriser sont l'apparition de la bactérie Helicobacter pylori (Hp) et les mauvaises habitudes alimentaires.

Pour prévenir le cancer de l'estomac, éviter la multiplication de l'Helicobacter pylori

L'Helicobacter pylori (Hp) est l'un des principaux facteurs de risque de l'apparition du cancer de l'estomac. Il est important de savoir comment s'en prémunir.

Comment se prémunir de l'Hp ?

Voici plusieurs façons de se protéger de la bactérie Hp :

  • Avoir un régime alimentaire sain est une des meilleures façons d'éviter la multiplication de l'Hp. Ceci implique de :
    • manger peu de protéines animales et privilégier celles de qualité,
    • manger des fruits et légumes frais.
  • Mettre l'accent sur le brocoli qui contient des taux élevés de sulforaphane, une substance connue pour son efficacité à éliminer l'Hp. Vous pouvez aussi prendre des gélules de brocolis (deux par jour, matin et soir) ou, mieux encore, consommer en salade des graines germées de brocoli de trois jours en veillant à bien les mâcher (leur taux de sulforaphane est de 20 à 50 fois plus élevé que chez le brocoli adulte).
  • Utiliser des probiotiques (couplés à des prébiotiques).
  • Consommer des aliments tels que :
    • le jus de canneberge (cranberry),
    • de l'ail et de l'oignon,
    • des épices comme la cannelle, le curcuma, le curry, le fenugrec, le gingembre, l'origan et le piment de Cayenne.
  • Boire beaucoup d'eau.
  • Se laver régulièrement les mains pour limiter les risques d'infection. De même, bien laver les ustensiles de cuisine et les aliments.
Consulter la fiche pratique Ooreka

Comment éradiquer l'Hp ?

Si l'Hp est déjà présente, il est nécessaire de chercher à l'éradiquer quelles que soient les lésions retrouvées au niveau de la muqueuse de l'estomac. Le médecin peut prescrire des antibiotiques adaptés, voire des anti-acides (inhibiteurs de la pompe à protons ou IPP).

Attention, les IPP ne sont pas des produits anodins et, paradoxalement, ils augmentent le risque de cancer de l’estomac, justement chez les patients infectés par Helicobacter pylori ! De plus, lorsqu’ils sont pris sur le long terme, les inhibiteurs de la pompe à protons augmentent les risques d’infarctus du myocarde, de pathologies rénales (néphrite interstitielle responsable d'insuffisance rénale), d'allergies nécessitant un traitement, mais aussi d’Alzheimer et de démence. Une analyse a également constaté une augmentation de 75 % de la mortalité associée à la prise d’IPP, notamment chez les personnes âgées avec une augmentation de 122 % du risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire.

Toutefois, il est aussi possible d'avoir recours à des méthodes naturelles. Par exemple, on peut réaliser une cure de miel de manuka pendant environ trois mois. Il faut pour cela :

  • choisir un miel d'indice UMF 15+ ou 18+ ;
  • en consommer à raison d'une cuillerée à café une heure avant chaque prise alimentaire (ne pas boire non plus dans la demi-heure qui suit).

Un contrôle de l'éradication de la bactérie est généralement réalisé deux semaines après l'arrêt du traitement par IPP et un mois après l'arrêt de l’antibiothérapie.

Prévention du cancer de l'estomac : surveillance alimentaire

La prévention du cancer de l'estomac est surtout d'ordre alimentaire. Si vous avez une mauvaise hygiène alimentaire, le changement de comportement doit être significatif pour limiter les risques de développer un cancer gastrique. Ce nouveau régime alimentaire peut s'avérer particulièrement difficile au cours des trois premiers mois où des efforts importants sont indispensables.

Conseils alimentaires pour prévenir le cancer gastrique

Pour prévenir les risques de cancer de l'estomac, il est nécessaire de suivre ces recommandations :

  • Limiter sa consommation de produits animaux : viande rouge, charcuterie, poissons et plus encore de viande ou de poisson fumés.
  • Ne pas consommer plus de trois produits laitiers de vache par semaine.
  • Limiter de façon importante sa consommation de sel.
  • Manger principalement des fruits et des légumes, si possible issus de l'agriculture biologique (en moyenne 5 par jour). Ne pas hésiter à consommer du shiitaké, un champignon originaire d'Asie, qui joue un rôle préventif dans l'apparition des cancers de l'estomac (et de l'utérus notamment) lorsqu'il est pris à raison de 15 g par jour sous forme séchée ou de 30 g par jour sous forme de champignon frais.
  • Dans l'idéal, consommer des végétaux de saison, soit frais soit cuits à la vapeur (notamment les légumineuses).
  • Manger au calme en mastiquant longuement.
Lire l'article Ooreka

Les boissons à éviter et à privilégier

Il est impératif de cesser la consommation "excessive" :

  • de sodas et de boissons énergétiques ;
  • de boissons gazeuses ;
  • d'alcool forts et d'apéritifs ;
  • de café et de thé en grandes quantités.

Il faut retenir que c'est la fréquence et l'excès de consommation de ces produits qui sont irritants pour l'estomac. Aussi, il est important d'éviter les reflux gastro-œsophagiens et indispensable d'arrêter de fumer.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Surveillance des personnes à risques

La prévention passe également par la surveillance régulière des personnes à risques.

Antécédents

Il s'agit de personnes :

  • qui ont été infectées par l'Hp ;
  • traitées depuis plus d'un an avec des inhibiteurs de la pompe à protons ;
  • qui présentent un état précancéreux de l'estomac ;
  • qui ont subit une gastrectomie partielle pour un cancer de l'estomac (un cancer de la partie d'estomac restante fait son apparition dans 5 % des cas).

Par ailleurs, les personnes originaires de pays à risques (d'Asie ou d'Amérique du Sud) doivent également  être surveillées plus étroitement.

Oncogénétique en cas de prédisposition familiale

Certaines personnes qui présentent une prédisposition familiale au cancer de l'estomac doivent réaliser une consultation d'oncogénétique. Il s'agit des cas suivants :

  • personnes à qui on diagnostique un cancer de l'estomac avant l'âge de 40 ans ;
  • personnes qui ont un syndrome de prédisposition aux cancers digestifs (syndrome de Lynch notamment) ;
  • personnes qui présentent une polypose adénomateuse juvénile ;
  • personnes dont au moins deux parents du premier ou du deuxième degré (père, mère, frère, sœur, enfant, oncle, tante, grands-parents) présentent des cancers gastriques (dont au moins un diagnostiqué avant l'age de 50 ans).

Principes de surveillance

La surveillance chez les personnes à risques consiste à réaliser une endoscopie chez les personnes de plus de 40 ans. Il faut notamment explorer avec soin la muqueuse de l'estomac.

Par ailleurs, à l'occasion de cette endoscopie, on procède à la réalisation d'au moins 5 biopsies (2 au niveau de l'antre, 2 au niveau du corps et une dernière au niveau de l'angle de la petite courbure de l'estomac) même si on ne trouve pas de lésion marquante.

Surveillance endoscopique des états précancéreux

Il est également nécessaire de procéder à une surveillance endoscopique des patients qui présentent des états précancéreux et notamment des lésions de la muqueuse (en particulier si elles sont sévères).

Type de lésion gastrique

Contrôle endoscopique à effectuer

Pas de dysplasie épithéliale gastrique

Tous les trois ans

Dysplasie de bas grade sans lésion visible

Tous les ans

Dysplasie de haut grade sans lésions de la muqueuse visibles

  • Réévaluation immédiate avec plusieurs biopsies ;
  • contrôle à 6 mois ;
  • puis contrôles tous les ans.

Polypes gastriques adénomateux

  • Résection des polypes ;
  • puis contrôle à 1 an ;
  • puis surveillance tous les 3 à 5 ans.

Par ailleurs, il est préférable de consulter son médecin sans attendre en cas :

  • de douleurs ou de brûlures gastriques ;
  • de nausées ;
  • de ballonnements et de renvois ;
  • de perte de l'appétit ;
  • de perte de poids inexpliquée.

Aussi dans la rubrique :

Traitements et prévention du cancer de l'estomac

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider