/

Cancer de l'estomac

/

Accueil

Cancer de l'estomac, le guide

Cancer de l'estomac

Le cancer de l'estomac touche chaque année environ 6 500 personnes en France. Dans 90% des cas, il s'agit d'un adénocarcinome, une tumeur qui se développe aux dépens des glandes de la muqueuse de l'estomac. Les infections bactériennes, l'alimentation, la consommation de tabac et d'alcool, les opérations de l'estomac peuvent en être la cause. Les symptômes de ce cancer, peu spécifiques, expliquent les difficultés à établir un diagnostic précocement. Le traitement du cancer de l'estomac, essentiellement chirurgical, consiste à pratiquer une gastrectomie.

Ce site va vous aider, en toute indépendance et avec des mots simples, à mieux comprendre ce sujet sensible.

Causes et symptômes

Comprendre les symptômes et causes du cancer de l'estomac

Voir les articles
Prévention et traitements

Prévenir et traiter le cancer de l'estomac

Voir les articles

Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Cancer de l'estomac, l'essentiel en une page

 

La page ci-dessous vous donne un aperçu des chapitres et messages principaux abordés dans notre guide sur le cancer de l'estomac, pour en savoir plus cliquez sur les liens de votre choix.

Le cancer de l'estomac (ou cancer gastrique) est un cancer qui concerne chaque année environ 6 500 nouvelles personnes en France. Ce cancer représente 3 % de l'ensemble des cancers et 12 % des cancers digestifs. Il s'agit du 5ème cancer le plus souvent diagnostiqué chaque année.

Le cancer gastrique touche deux à trois fois plus d'hommes que de femmes avec une incidence de 9 hommes sur 100 000 contre 3,4 femmes sur 100 000. Il concerne essentiellement des personnes de plus de 50 ans. Le risque de le développer augmente ensuite régulièrement avec l'âge. En moyenne, l'âge d'apparition du cancer de l'estomac est de 75 ans (72 ans chez les hommes et 77 chez les femmes).

Cancer de l'estomac : définition

Pour bien comprendre le cancer gastrique, il faut savoir qu'il s'agit dans 90 % des cas d'une tumeur qui se développe aux dépens des glandes de la muqueuse de l'estomac. Il s'agit donc presque systématiquement d'un adénocarcinome.

À noter : le cancer du duodénum (la partie du tube digestif qui fait suite à l'estomac) est également un adénocarcinome mais il s'agit d'un cancer beaucoup plus rare.

Plusieurs types d'adénocarcinomes

On distingue plusieurs types d'adénocarcinomes de l'estomac, plus ou moins différenciés et agressifs. Par ailleurs, on peut retrouver des tumeurs de l'estomac qui peuvent être :

  • bénignes et non cancéreuses (on en dénombre une dizaine mais elles restent relativement rares) ;
  • malignes, cancéreuses, et au pronostic particulièrement défavorable (elles représentent 10 % des cancers de l'estomac).

Les polypes gastriques sont des tumeurs non cancéreuses qui ne dégénèrent que rarement en cancer.

États précancéreux de l'estomac

Généralement, les cancers de l'estomac se développent à partir d'états précancéreux. Les états précancéreux de l'estomac, ceux qui facilitent l'apparition d'un cancer gastrique, sont bien identifiés. Il s'agit :

  • des gastrites dues à la bactérie Helicobacter pylori (1 % des personnes porteuses d'un Hp développeront un cancer gastrique). Bon à savoir : les ulcères de l'estomac (qui peuvent être provoqués par l'Hp) entraînent un cancer gastrique dans 2 % des cas.
  • des gastrites associées à la maladie de Bierner (2,4 % des personnes présentant cette maladie développent un cancer de l'estomac) ;
  • des suites d'une gastrectomie partielle (3 % des cancers de l'estomac font leur apparition suite à une gastrectomie partielle) ;
  • de certains polypes gastriques :
    • les polypes adénomateux gastriques qui sont plutôt rares (entre 4 et 60 % d'entre eux entraînent un risque de cancer),
    • les polypes hyperplasiques (le risque de cancérisation est inférieur à 3 %).

Causes du cancer de l'estomac

On connaît mal les causes du cancer de l'estomac. En revanche, on a pu identifier les facteurs de risque des cancers gastriques. Il s'agit notamment :

  • de l'âge ;
  • du niveau socio-économique ;
  • des infections par l'Helicobacter pylori ;
  • de l'alimentation (et la consommation excessive de sel notamment) ;
  • de la consommation de tabac ;
  • de la consommation d'alcool ;
  • des opérations de l'estomac ;
  • de la présence de polypes gastriques ;
  • de la présence de certaines pathologies rares (maladie de Biermer ou maladie de Ménétrier) ;
  • des antécédents familiaux et des facteurs héréditaires.

À noter : si on se place du point de vue du décodage biologique des maladies, le cancer de l'estomac exprime la difficulté à gérer un événement vécu comme indigeste. En effet, pour optimiser la digestion, l'organisme peut mettre en place un adénocarcinome de l'estomac capable de produire plus d'acide gastrique afin d'aider à « digérer » cet événement.

Diagnostic du cancer de l'estomac

Des symptômes peu significatifs

Le cancer de l'estomac entraîne peu de symptômes. Ce n'est que tardivement, lorsqu'il a bien évolué, que des signes cliniques et des symptômes font leur apparition.

Par ailleurs, les symptômes du cancer de l'estomac ne sont pas spécifiques. En effet, ils peuvent s'observer dans de nombreuses autres pathologies puisqu'il s'agit de :

  • vagues douleurs abdominales ;
  • brûlures d'estomac ;
  • nausées ou vomissements ;
  • perte d'appétit ;
  • phases d'anémie.

Les signes graves qui permettraient de procéder à un diagnostic précoce (par exemple, une hémorragie digestive), sont très rares.

Comment poser le diagnostic de cancer de l'estomac

Le diagnostic de cancer de l'estomac repose sur un ensemble d'examens :

  • la fibroscopie permet de visualiser la muqueuse de l'estomac et donc de localiser d'éventuelles lésions et de déterminer leur étendue ;
  • la biopsie (pratiquée au cours de la fibroscopie) est l'élément diagnostic essentiel puisque l'analyse des tissus prélevés permet de déterminer la nature de la lésion et son état cancéreux ou non ;
  • l'échographie (peut être couplée à la fibroscopie : écho-endoscopie) permet de déterminer la profondeur de la tumeur et son étendue aux tissus voisins le cas échéant ;
  • le scanner aide à établir le stade du cancer, son étendue au niveau de la paroi de l'estomac et des organes et ganglions lymphatiques ;
  • l'IRM est intéressante pour évaluer l'extension du cancer. Elle constitue une alternative au scanner.

Stades du cancer de l'estomac

Le cancer de l'estomac se classe en différents stades selon son importance. On utilise la classification généralement utilisée pour déterminer l'importance d'un cancer : la norme TNM (tumor-node-metastasis soit tumeur-ganglion-métastase). Cette classification permet de connaître le stade du cancer de l'estomac (stade 0, I, II, III ou IV) en fonction de sa gravité.

En cas de métastases de cancer de l'estomac, on est en présence d'un cancer de stade IV. À ce stade, le cancer s'est propagé à d'autres organes (foie, péritoine, œsophage, pancréas, côlon, intestin grêle, etc.). En règle générale, il s'agit de cancers de l'estomac en phase terminale pour lesquels les chances de survie sont pratiquement nulles.

Par ailleurs, les cancers de l'estomac peuvent aussi être classés selon des systèmes qui leur sont propres :

  • la classification de Lauren qui tient compte de l'apparence microscopique du tissu ;
  • la classification de Borrmann qui détermine l'apparence de la muqueuse de l'estomac et le mode de croissance de la tumeur ;
  • la classification japonaise qui distingue trois types de cancers différents en fonction de son aspect.

À noter : le cancer gastrique est beaucoup plus fréquent en Asie (et en Amérique du Sud). Le Japon est d'ailleurs le seul pays au monde à avoir instauré un dépistage systématique des cancers de l'estomac, d'où l'existence d'une classification spécifique.

Traitements des cancers de l'estomac

La chirurgie, traitement de référence des cancers gastriques

Le traitement du cancer de l'estomac est essentiellement chirurgical. Il consiste à procéder à l'ablation de l'estomac : on parle de gastrectomie. L'objectif de la chirurgie est de retirer la tumeur ainsi que les ganglions lymphatiques touchés (curage ganglionnaire). Cette exérèse peut être :

  • partielle (gastrectomie partielle) et dans ce cas on ne retire que la partie cancéreuse de l'estomac (généralement les 4/5e de l'organe) ;
  • complète (gastrectomie totale) et dans ce cas on retire la totalité de l'estomac ;
  • élargie si on retire l'estomac et tous les tissus environnants.

Chimiothérapie en complément

La chimiothérapie est intéressante pour traiter les cancers de l'estomac car les cellules cancéreuses gastriques y sont assez sensibles. La plupart du temps, la chimiothérapie des cancers gastriques est utilisée en complément de la chirurgie :

  • soit après l'intervention chirurgicale ;
  • soit deux à trois mois avant afin de réduire la taille de la tumeur et donc de faciliter son ablation.

Radiothérapie occasionnelle

La radiothérapie du cancer de l'estomac est relativement peu utilisée car les cellules tumorales gastriques résistent aux rayons. Toutefois, il est possible d'y recourir en complément de la chirurgie :

  • avant la chirurgie pour faire régresser la tumeur ;
  • après la chirurgie pour limiter les risques de récidive ;
  • pour traiter les symptômes, notamment pour les cancers en phase terminale.

Immunothérapie et thérapies ciblées

L'immunothérapie du cancer de l'estomac et les thérapies ciblées ne concernent qu'une partie des cancers de l'estomac, ceux qui présentent des récepteurs HER2 (soit 20 % des cancers de l'estomac de type intestinal).

Le traitement se base sur l'utilisation d'une molécule, le trastuzumab (Herceptin®) qu'on combine à des agents chimiothérapeutiques afin de bloquer le développement de la tumeur. Cela permet d'augmenter significativement le temps de survie des patients.

Après l'échec d'une chimiothérapie, on peut aussi avoir recours à une immunothérapie basée sur l'utilisation d'autres anticorps monoclonaux qui vont simultanément :

  • bloquer le signal de croissance des cellules cancéreuses ;
  • stimuler le système immunitaire afin qu'il attaque et détruise ces cellules.

Pour aller plus loin sur le cancer de l'estomac

Étant donné la difficulté à diagnostiquer précocement les cancers de l'estomac, l'idéal est de prévenir leur apparition.

Cela est envisageable, la prévention du cancer de l'estomac consistant à éliminer les facteurs de risque :

  • éradiquer l'Helicobacter pylori ou le traiter s'il est déjà présent ;
  • adopter de bonnes attitudes alimentaires ;
  • procéder à une surveillance régulière des personnes à risque.

Pour les personnes qui sont déjà touchées par le cancer, il existe des forums sur le cancer de l'estomac. Ils sont certes peu nombreux mais il est toujours possible de lancer un sujet pour que des internautes partagent leur expérience et apportent leur soutien.

Ces espaces de partage peuvent se révéler très utiles puisqu'ils donnent des solutions pour apprendre à vivre avec un cancer de l'estomac dans les meilleures conditions possibles.

En effet, suite à une ablation de l'estomac, certaines personnes peuvent se sentir démunies. Ainsi, partager leur expérience avec d'anciens patients peut permettre de surmonter cette épreuve.

Important : les équipes soignantes (notamment les diététiciens) et les oncologues sont aussi là pour encadrer les patients et les conseiller en cas de besoin.


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !